Adresse
/
Téléphone

Mieux marcher                 C'est mieux vivre

Historique

La marche nordique est apparue en Finlande entre 1930 et 1970. Il s’agit d’une technique d’entraînement des skieurs de fond qui voulaient conserver leur technique spécifique pendant la période estivale.
De 1970 à 1990, la pratique s’est développée dans ce pays, d’abord dans les milieux universitaires et scolaires ; puis lors de grandes manifestations populaires, reflets de la pratique du ski de fond en Finlande.
Ceci illustre déjà deux points importants :
- la spécificité technique que constitue la poussée sur le bâton vers l’arrière, nécessite un entraînement continu,
- l’adaptation de la technique à la marche ne s’est pas faite si rapidement, dans un pays pourtant très imprégné de la pratique du ski de fond.
A partir de 1990, la technique a gagné l’Europe du nord et est arrivée en France en 2000.

Caractéristiques

La marche nordique combine les avantages de la marche classique et du ski de fond dont on retrouve la foulée et les amples mouvements de propulsion avec les bras. Les bâtons permettent de marcher plus vite, plus loin, plus longtemps. Ils permettent également de solliciter plus de 80% de la masse musculaire, de dépenser plus de calories, plus d'énergie tout en se sentant moins fatigué.
Ce sport conjugue tonus musculaire, oxygénation cardiovasculaire et préservation des articulations. Le tout en groupe, au grand air, presque par tous les temps, à tout âge et dans la plus grande convivialité.
 
Contrairement à la marche traditionnelle qui sollicite principalement le bas du corps, la marche nordique fait travailler l'intégralité du corps et permet de passer de deux à quatre appuis. Les épaules sont relâchées. 
Dans un mouvement fluide et souple, on accentue vers l’arrière le mouvement de balancier des bras. La poussée sur les bâtons allège le corps, le propulse, préserve le dos et les articulations des membres inférieurs. Les chaînes musculaires travaillent en harmonie, synchronisées et complémentaires.
En marche rapide, c'est la fréquence des foulées qui conditionne la vitesse, alors qu'en marche nordique ce sont les bras qui rythment le déplacement et permettent d’allonger la foulée.
 
La marche avec un bâton est déséquilibrée, "incomplète".
Deux bâtons placés devant soi, stabilisent la marche, soulagent partiellement le poids du corps, mais propulsent très peu le corps vers l’avant. Bras et avant-bras forment un angle à 90°. Les bras et les épaules sont contractés.
 
En marche nordique, l'effort concerne un plus grand nombre de muscles. Le dos, l’épaule, le bras et le poignet participent à la propulsion en poussant vers l'arrière. La main, l'avant-bras, le bras et l’épaule sont relâchés sur le temps du retour. vers l'avant.
En poussant sur des bâtons toujours inclinés, on se stabilise, on s'allège, on se propulse. C'est l'inclinaison des bâtons qui améliore l'efficacité de la poussée vers l'avant et vers le haut, permettant d'alléger les articulations du dos et des jambes.

Avec le bonjour de Gérard

l'acquisition correcte du bon geste n'est pas si aisée que cela est dit ici...
 

Des erreurs et comment les corriger

Vidéo intéressante. On peut discuter certains commentaires mais la description est bien faite. Il est important de corriger et mieux encore d'éviter ces mauvaises habitudes en s'adressant à des encadrants formés et en ayant l'humilité d'admettre la nécessité d'un apprentissage spécifique et patient de cette technique sportive.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

© 2014 Coglais Marche Nordique - 35140 ST HILAIRE DES LANDES | Téléphone : 06 33 30 02 43
Courriel et Informations:
contact