Adresse
/
Téléphone

Mieux marcher                 C'est mieux vivre

Le 3 mai 2014, Jean-Philippe LEVREL : aux débutants

Quels conseils donneriez-vous à un débutant ?
 Jean-Philippe :  de commencer à apprendre auprès d'un initiateur formé. Et non d'essayer de pratiquer tout seul en se procurant n'importe quel bâton. Dans ce cas la personne aura tendance à faire, malgré elle, du "promène bâtons": "je mets mes bâtons en avant et je marche comme je marcherais en montagne".
 Donc notre politique, au RCN (Racing Club Nantais), c'est de corriger une personne que l'on croise, même si elle n'est pas de notre club, pour lui donner des conseils de marche nordique : "Vous placez vos bâtons en arrière, dans un mouvement naturel du bras. Et vous poussez bien sur vos bâtons". On espère que cette personne modifiera son geste et se rapprochera d'une bonne pratique. C'est important de véhiculer une bonne image de la marche nordique. Une bonne technique est plus valorisante pour la marche nordique qu'un équipement haut-de-gamme sur quelqu'un qui marche n'importe comment.
 
A qui conseilleriez-vous de faire de la marche nordique ?
 Jean-Philippe : à tout le monde, sauf aux personnes qui ont une capsulite d'épaule.
 
 Oui mais pour les problèmes les plus courants, la marche nordique peut corriger certains déséquilibres fonctionnels de l'épaule.
Jean-Philippe : dans certaines circonstances et notamment en compétition, il faut rester prudent car les gestes sont parfois extrêmes, forcés, exagérés et cela peut provoquer des blessures. Ce n'est pas en compétition que l'on trouve le meilleur de la marche nordique pour la santé. On peut se faire mal en pratiquant la marche nordique en course.

Le Racing Club de Nantes

 Jean-Philippe :  on est 500 marcheurs répartis en sept sections. Dans la région Sud-Est de Nantes. Dans notre section de Thouaré-Mauves, nous sommes 100 marcheurs. D'autres sont moins importantes. Mais nous regroupons le plus de compétiteurs parce que nous proposons des séances avec du contenu, plus orientées"sport et cardio" avec des renforcements musculaires pendant la séance. C'est à dire qu'à côté des séances en nature, nous proposons, pour les compétiteurs, des séances en stade.  Elles comportent, comme en athlétisme, des séances de fractionné de 30/30 ou 30/45, des petits relais, des choses ludiques.
 En début de saisons, nous avions les cours à trois allures : allure lente , allure moyenne et allure rapide. Maintenant nous n'avons plus d'allure lente : tout le monde est passé en moyen, voire rapide. Les gens progressent: ils passent d'un cours à l'autre, ce qui permet de varier un peu leur activité. Cela permet de regrouper les gens en fonction de leur intérêt: ceux qui veulent marcher tranquille et ceux qui veulent plutôt "envoyer" mais toujours en conservant la technique.
 Récemment nous avons utilisé la vidéo pour enregistrer une séance depuis l'échauffement jusqu'aux autres exercices. C'est important parce que c'est à l'échauffement qu'on fait les plus beaux gestes et plus on va avancer dans la séance, plus l'exercice va être un peu plus rapide, plus on perd de la technique et en qualité. Donc à l'échauffement on doit être  à 90-95 % en terme de qualité pour en garder le maximum lors de l'accélération. Pour montrer que la course c'est bien, mais ce n'est pas là  qu'on a la meilleure technique. Après il y a des personnes qui ont besoin d'un peu de cardio, un peu de défi.  Mais la vidéo permet de se voir et de corriger les défauts : ne pas se pencher trop en avant , ne pas mettre son bâton n'importe comment en arrière. Quand le marcheur se voit, il prend meilleure conscience de son défaut et a plus de chance de le corriger.

La compétition

Vous ne trouvez pas que l'important développement des courses va contre la technique et donc à l'encontre du "sport santé"?
 Jean-Philippe :  totalement, c'est clair : les courses ce n'est absolument pas du "sport santé". C'est pour cela que la FFA  veut diriger un peu toutes ces courses afin d'éviter le n'importe quoi.
 La marche nordique c'est une marche avec des règles techniques. Compte tenu de la nature des gens qui veut que chacun soit là pour gagner au détriment des autres et de la technique , il est nécessaire d'envisager la présence de juges pour éviter qu'il y ait des gens qui courent, qui fassent de la marche athlétique, qui n'appuient pas sur leur bâtons ou fassent n'importe quoi. En l'absence de règles, ça dénature un peu les courses, ça frustre les gens qui ont la technique, et finalement ça dégoûte !
Et on a envie quelquefois de venir dans des petites courses comme ici, où les gens ne sont pas là pour la gagne mais pour le plaisir, même si c'est chronométré, mais pour le plaisir.
 

Est-ce que dans les courses internationales comme celles auxquelles vous allez bientôt participer, il y a des juges et des disqualifications ?
 Jean-Philippe : en effet en Allemagne, dans les pays de l'est,  les championnats existent depuis quelques années avec un juge tous les 500 m, avec 60 secondes de pénalité au premier avertissement, 90 au second et puis après c'est terminé, la personne est déclassée. Ça rigole pas : il y a un juge.  C'est pourquoi nous avons invité la FFA à venir assister à ces compétitions, non seulement pour voir comment les Français se comportent, mais aussi pour voir comment elles sont organisées. Pour que ce soit fait ensuite dans les règles de l'art quand on devra l'appliquer en France.  Cela fera plaisir de voir que les vainqueurs d'une course seront de bons représentants de la marche nordique, plaisants à voir marcher, contrairement à maintenant où ce n'est pas toujours le cas.
 Avec notre team "NWRT France" composé 20 marcheurs et marcheuses de toute la France, nous souhaitons par notre participation : représenter la grande pratique de la MN en France à l'étranger; valoriser les capacités sportives de marcheurs français; faire avancer la pratique de la MN en compétition en France; faire évoluer l'image de la marche nordique auprès du public, des jeunes générations et des athlètes français, vers un sport complet et sans traumatismes; confirmer l’approche athlétique de cette authentique discipline ; d’en promouvoir une autre image trop souvent limitée au sport-santé, à la randonnée, au fitness, aux séniors ; faire monter au moins une équipe française sur le podium du classement par équipe ; nous préparer aux championnats de France FFA.
Beaucoup d'ambitions mais il faut viser haut pour atteindre nos volontés ! En plus de l'entrainement, l'organisation de notre participation groupée a été un travail de titan en terme de logistique, de recherche de partenariat, de communication avec les médias,.... Depuis 6 mois, nous travaillons et nous réunissons par téléphone pour caler ce gros projet.

Formations à tous les étages !

En compétition, à haut niveau, il y a des juges. Mais il faut également de la formation.
 Jean-Philippe : oui ça passe inévitablement par une formation. Aujourd'hui nous avons des bénévoles mais il faut les former et cela va demander du temps. C'est peut-être pour cela que le championnat a été repoussé en Septembre. Il faut déterminer le contenu de la formation, trouver les bénévoles qui vont être motivés pour cette formation qu'il va ensuite falloir réaliser. C'est du temps tout ça ! Mais c'est sans doute nécessaire pour que tout se passe au mieux quand il faudra appliquer un règlement qui semble en cours d'élaboration, en concertation avec nous.

Vous parlez de la formation des juges, mais il y a également la formation des enseignants, des encadrants et des pratiquants car beaucoup de gens pensent que l'on peut faire de la marche nordique sans formation. 
 Jean-Philippe : les clubs doivent former des initiateurs . Des gens qui vont initier à la marche mais également faire découvrir les plaisirs et les bienfaits de cette marche. La FFA a un curcus avec un premier degré aujourd'hui et un deuxième prévu pour la fin de l'année ; peut-être plus orienté vers l'entraînement et la compétition. Il y a aussi d'autres fédérations : la Nordik Walking qui dispense aussi une très bonne formationavec différents niveaux. La FFA dispense une formation d'entraineur premier degré et devrait ouvrir une formation deuxième degré plus orientée vers les plans d'entrainement de compétiteurs ...

Je vous remercie de votre intérêt pour moi. Je reste une personne comme vous et partage les mêmes valeurs. Il faut rester simple et abordable. L'image de la marche nordique est aussi cela : un sport pratiqué par des personnes humbles même si quelques uns vont se mettre un peu en avant en participant à un championnat du monde.

© 2014 Coglais Marche Nordique - 35140 ST HILAIRE DES LANDES | Téléphone : 06 33 30 02 43
Courriel et Informations:
contact

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

© 2014 Coglais Marche Nordique - 35140 ST HILAIRE DES LANDES | Téléphone : 06 33 30 02 43
Courriel et Informations:
contact